Naissance de Fine Italy






DECOUVREZ PLUS

Naissance de Fine Italy

Publié le : 14/03/2018 15:31:07
Catégories : Default Rss feed

Novembre est un mois apparemment de transition, dans les Langhe. La vendange, ce rite collectif qui met fin au cycle vital de la terre des vins est terminée, et en attendant Noël, avec la neige qui recouvre tout de son manteau blanc, et qui nous rappelle les temps anciens, on dirait presque qu’un mois comme celui de novembre ne sert que de passage entre ces deux moments fondamentaux pour la vie des Langhe.

Cependant novembre nous propose souvent des moments à savourer intensément : parfois les jaunes et les rouges merveilleux que les Langhe nous offrent déjà au mois d’octobre deviennent encore plus vivants et intenses; certains matins le brouillard qui monte des sillons des vallées des Langhe dessine des paysages qui semblent créés par un peintre ; et une belle journée de soleil en novembre, cela donne envie de se promener au milieu de cette nature qui, dès qu’elle a terminé son travail, commence à réfléchir et à se reposer. Tout autour, parfois, on voit aussi les Alpes, saupoudrées de neige.

C’est justement par un beau jour de novembre particulièrement ensoleillé que nous nous rencontrons, nous, les trois fondateurs de Fine Italy, pour un repas entre amis dans un petit restaurant typique des hautes Langhe. Un de ces petits restaurants qui semblerait sortir d’un recueil de récits: la grand-mère aux fourneaux, aidée par la mère et pas la tante qui apprennent des anciennes mains savantes tous les secrets d’une cuisine qui vient de temps lointains, avec les jeunes de la famille qui s’occupent de la salle. Une heure et demie vécue avec la lenteur de l’abandon aux plaisirs de la conversation et de la bonne table, entre un steack tartare et un “vitel tonné”, entre une dégustation de “tajarin” aux champignons et des “ravioli al plin”, entre un verre de Nebbiolo et un “brasato”, entre un “bunet” et une tranche de gâteau aux noisettes, une « grappa » de Moscato et beaucoup de fous rires.

A la fin du repas, juste avant de nous lever sereins et confiants grâce à la bonne table, Franco nous fait signe de la main de rester assis, nous regarde et dit: “Mes amis… pourquoi ne pas partager une heure et demie comme celle que nous venons de vivre avec d’autres personnes, même si elles vivent loin de l’Italie? Un regard d’entente, un verre levé et Fine Italy est né.